" Devenir n'est pas facile.

Surtout quand on a d'la colle chaude qui nous coule sur le coeur."

Jobinettes, l'épopée

Conte et poésie

 

Texte: Marie-Ève Bélanger

Musique: Habib Zekri

Visuel: Clémence Langevin

Prise de son et mixage: Mathieu Beaudet

En création en 2021

Les oiseaux

(Titre provisoire)

 

À mi-chemin entre le conte, la poésie performée et la musique.

Création de Marie-Ève Bélanger

Conception musicale de Luce Bélanger

En résidence à la Maison de la culture NDG en septembre 2021

 

Qu’est-ce qui fait que nous passons de l’équilibre au déséquilibre?

Les oiseaux, ce sont des récits qui portent sur le vertige. Ces ruptures et cassures où nous tombons en chute libre à l’intérieur de nous-même. Tout ce qui forment les rides sur nos peaux, nous marquent à jamais et nous définit.

L'usure, la transformation et l’érosion de nos coeurs.

Ce spectacle porte sur la souffrance humaine, la maladie mentale, la mort, mais aussi sur l’émancipation, l'affranchissement et le changement. Je cherche en quelque sorte à parler de la fertilité des sols que l’incendie peut apporter dans nos vies et dépeindre le paysage des bleuets qui y pousseront dans l’après.

Les oiseaux, c'est mon besoin de mouvement.

Construit dans un terreau féministe et engagé, ce processus d’écriture c'est l’appropriation de ma pensée, de mon corps et de ma poésie. C’est une jeune fille qui revient à ses racines les deux mains dans la terre, les ongles sales de bouette et qui cherche et creuse pour comprendre le vertige qui l’habite et l’abîme.

C’est ma quête de sens et de beauté.

Les oiseaux c’est:

Un voyage au coeur de l’intime qui s’adresse à l’universel.

Un portrait lumineux, floral et amoureux des failles humaines.

Un monde lyrique, poétique, humoristique et poignant.

Une rencontre entre deux soeurs créatrices au coeur des arts de la parole.

Une danse entre le conte, la poésie et la chanson.

"Je n’ai plus de temps à perdre pour la pataugeoire du voisin. 

Elle est beaucoup trop banale 

et je ne peux que m’y mouiller les sandales. 

C'est beaucoup trop peu pour la sirène que je suis."

©Marie-Ève Bélanger2020

belangermarieevecomedienne@gmail.com

Montréal